Chasse du 22 décembre

Forêt communale de saint Cannat, 32 chiens temps calme 10°.

 

Après un partage sympathique des paniers, le rapport est donné.

Nous commençons à fouler les enceintes vers les amandiers sans succès. Je dis nous car je souhaite être épaulé régulièrement par mes jeunes veneurs en vue de la future transmission du fouet. Nous basculons dans le travers mitoyen avec la propriété Ginette. Les chiens ont connaissance. Les récris se réchauffent. C’est le lancer. La chasse tourne dans ce travers sans vouloir en sortir. Bien que confiant dans les voix que j’entends, je m’interroge sur l’animal qui a été lancé. Enfin une vue au saut du chemin entre moi et Geoffroy me rassure.  Un brocard qui commence à refaire sa tête.

La chasse plonge dans le grand vallon au fond duquel serpente la Touloubre.  Parcours habituel qui incite tous les cavaliers à monter sur leurs étriers pour se positionner sous le club hippique à environ deux kilomètres. Plus sage j’opte pour rester sur les arrières en cas de retour. Non le brocard est bien décidé à percer sur les devants. Pas de problème mon cheval a un bon galop. Notre brocard n’a pas jugé bon de percer jusqu’au club hippique, il est sorti du vallon dans le dos des cavaliers pour entrer dans la grande enceinte de la Jas.

Le chemin de Berre est surveillé par Antoine, Geoffroy, Jean Côme accompagné par Catherine et Lou Anne. Les chiens de tête débuchent  sur le chemin pour pénétrer dans  la partie qui a été ravagée par l’énorme  incendie de cet été. Malgré la surveillance espacée aucune vue est donnée.

Dès que vous avez traversé les trente à cinquante  premiers mètres de broussaille vous vous trouvez dans un paysage lunaire. La terre, les troncs entièrement noirs contrastent avec les rochers blancs. J’ai une vue d’un animal qui recule poussé par les chiens. Animal qui refuse de sauter en retour le chemin et préfère le longer dans le couvert. Geoffroy qui a anticipé le voit débucher dans un chaume pour rapidement se rembucher sur son contre. Les chiens sont remis à la voie par Geoffroy et Antoine. L’animal re- débuche une centaine de mètres plus loin dans un champ de vigne en longeant la cave du domaine. Il est jugé chevrette.

Geoffroy et Antoine reprennent les chiens en s’excusant auprès des propriétaires qui manifestement n’apprécient pas les nemrods. Le soir Antoine leur apportera une bouteille de Bandol du domaine de Frègate pour nous excuser . Monsieur le remerciera de notre délicatesse tout en lui faisant remarquer que notre passion est cruelle.

Rappel1

Les chiens repris, nous préférons ne pas retourner où le change a dû avoir lieu afin de nous éloigner du domaine.

Les chiens lancent un autre animal dans le grand vallon de la Touloubre. La chasse perce vers Ginette où il est sonné. Je demande à Geoffroy de se positionner en retour vers le bas du chemin. Pour moi il ne peut percer loin devant du fait de la route et du grillage du TGV à trois  cents mètres. Bonne intuition Geoffroy sonne la vue. La chasse rentre dans le grand vallon. C’est à mon tour  de monter sur mes étriers pour garder la sortie du vallon au club hippique.

Les chiens arrivent à la lisière du pré pour traverser la Touloubre. Ils gravissent le flanc du mamelon entièrement calciné. Mamelon qui  entoure les arrières du club hippique. J’emprunte le chemin qui ceinture le club au grand étonnement d’une jeune femme qui longe un cheval. Après l’avoir saluée, je rejoins les chiens qui chassent pleine gueule dans le brûlé. Vont-ils percer jusqu’au mas Fauchon établissement 4 étoiles ? Il me faut ne pas les lâcher pour intervenir rapidement au cas où. Au milieu de ce terrain de désolation se tiennent encore debout des restes de mirador de nos amis chasseurs. J’assiste à un magnifique relancé à vue. Notre animal s’était mis sur le ventre entre deux grosses pierres.

La chasse replonge dans le grand vallon pour remonter dans le versant opposé qui lui n’a pas brulé. En repassant devant club hippique au pas bien sûr, je me promets de venir rencontrer le propriétaire pour nous faire connaître, le rassurer et lui proposer d’accueillir tous cavaliers intéressés de nous suivre.

Je retrouve Geoffroy avec les chiens en défaut près de la cuve. Défaut qui n’est pas relevé.

Nos chiens nous ont donné du plaisir.

La retraite est sonnée.

Retraite

Il me faudra travailler avec l’aide du président de la chasse le relationnel notre environnement afin d’éviter tout incident.

Je souhaite un joyeux et heureux noël à tous nos lecteurs.