S – Z

T

TAIAUT ou TAYAUT. Terme que l’on emploie lorsqu’on voit l’animal de chasse par corps, à chasse du cerf, du daim ou du chevreuil. Pour le sanglier et le loup, au crie vloo .

TALON. Derrière du pied des animaux .

TARDER. Pour un animal de vènerie, c’est marcher en posant ses pieds de derrière en arrière de ceux de devant.

TÂTER. Ce terme signifie assentir à plusieurs reprises : les chiens tâtent à la branche. L’animal qui prend la plaine et soudain rentre aux bois tâte le débuché.

TAYAUDER. Demander les chiens par des tayauts répétés.

TEMPS. Une voie fraîche se dit : voit de bon temps. Une voie de vieux temps est une voie ancienne .

TENIR. Quand un animal de chasse est forcé, il tient tête aux chiens.

Tenir les abois : c’est un cerf hallali.

Tenir le ferme : c’est un sanglier qui, forcé ou non, tient tête aux chiens.

Les chiens tiennent la voie lorsqu’ils la suivent correctement.

TERRER. Le renard se terre.

TERRIER. C’est la retraite souterraine du renard. L’entrée du terrier se nomme gueule.

TET. Vieux mot qui signifie le crâne du cerf.

TÊTE.- C’est la ramure du cerf, du daim et du chevreuil. Elle est bien ou mal brunie : selon sa couleur blonde ou brune.

Bien ou mal chevillée : si elle compte peu ou beaucoup de cors.

Bien ou mal ouverte : selon que les merrains sont plus ou moins serrés ou écartés l’un de l’autre.

Bien ou mal perlée : lorsqu’elle est peu ou abondamment garnie de perlures.

Bizarde : quand elle présente des anomalies.

Enfourchée : si les espois sont dénoués en forme de fourches.

Paumée : celle dont les espois sont rangés en forme d’une main d’homme.

Rouée: celle dont les merrains sont courbés en avant.

Trochée : quand elle porte la trochure : quatrième andouiller des bois du cerf (rare).

Un animal a la tête couverte lorsqu’il est rembuché ou rentré au fort.

Le cerf gagné de vitesse par les chiens fait tête.

Un chien de tête est un chien rapide qui se trouve en avant de la meute.

TIERS-AN. Sanglier de trois ans.

TIRER. L’animal de chasse qui lire de long est l’animal qui fuit rapidement et tout droit.

Tirez ! Chiens ! Tirez ! »: terme que l’on emploie pour accélérer la marche des chiens.

TITRE. Chasser à titre : c’est envoyer des hommes munis de trompes sur les limites des terres défendues pour faire du bruit et obliger l’animal de chasse à rebrousser chemin

TON. La trompe a trois tons :

Ton simple (ne vaut rien).

Ton normand : passable.

Ton de vènerie : le seul convenable.

Ton pour chien : son bref pour appuyer les chiens.

TOUCHE. Extrémité de la flotte du fouet de chasse.

TOUCHER. Les cervidés touchent au bois pour dépouiller de leur velours leur nouvelle tête. On dit aussi frayer.

TOURNAHAU ! Les veneurs qui ont connaissance d’un retour que l’animal de chasse vient de faire doivent appuyer les chiens en ces termes : ‘Tournahau ! Valets ! Al tournahau ! ».

TOURNER. Se dit d’un animal qui revient sur ses voies.

Faire tourner les chiens, c’est alors leur faire retrouver la voie.

Tourner au change se dit des chiens qui ont perdu la voie poux suivre une autre voie. On dit aussi qu’ils prennent le change, qu’ils font valoir le change.

TOURNOYER. L’animal qui, par ruse, fait retour sur retour sans prendre son parti ne fait que tournoyer .

TOUT COY ! Dit le valet à son limier qui s’échauffe : ‘Tout coy ! Vieux ! Tout coy donc ! » .

TRACE. L’empreinte du sanglier se nomme trace.

TRAINARDS. Chiens qui viennent derrière la meute sait en chassant soit en retraitant. Synonyme de traîneurs .

TRAIT. C’est la longe que l’on attache à la botte du limier.

On dit qu’un limier bande sur le trait lorsqu’il tire dessus.

Allonger, accourcir, déployer le trait….

Lancer à trait de limier, c’est suivre un animal avec le limier jusqu’à ce qu’il soit debout.

TRANCHANTS. Les côtés des pieds des cerfs, chevreuils, daims, sangliers sont dits tranchants lorsqu’ils ne sont pas usés.

TRAVAIL. Boutis. Endroit où les sangliers ont fouillé le sol.

TRAVAILLER. Un valet de limier manoeuvre pour détourner un animal.

On dit: le valet travaille une voie.

TRAVERSÉ. Ou dit qu’un chien est bien traversé lorsqu’il est court et ramassé.

TROCHURE. Quatrième andouiller de la tête du cerf.

TROLLE. Aller à la trolle : c’est découpler des chiens sans avoir préalablement détourné un animal de chasse. On dit aussi : fouler à la billebaude.

TROMPE. C’est le cor de chasse des veneurs.

TROUSSÉ. Un chien est bien ou mal troussé selon que ses cuisses sont rondes ou plates, c’est-à-dire bien ou mal musclées

TRUFFE. Nez du chien.


U

USÉ. Un pied usé est celui de l’animal qui vit dam un pays rocailleux ou très sec(V).


V


VALESCY -ALLER. Le piqueur qui revoit d’un lièvre que ses chiens rapprochent, leur montre la voie et les appuie comme suit : ‘Valescy-aller ! Mes beaux ! Valescy-aller ! » .

VALET DE CHIENS. Celui qui soigne les chiens, tient le chenil, mène les hardes, requête les chiens, etc.. Il y en a à cheval et d’autres à pied, suivant l’importance de l’équipage .

VALETS. Nom donné familièrement aux chiens auxquels on parle avec douceur : ‘Mes petits valets ! Mes valets ! ».

VALOIR. Faire valoir le change : prendre le change : tourner au change, se dit des chiens qui, abandonnant l’animal de chasse, suivent la voie du change .

VA OUTRE. Le valet de limier dit : ‘va outre ! »à son chien quand il allonge le trait pour le faire quêter.

VARY. Terme par lequel on parle aux chiens si l’on a connaissance que l’animal de chasse fuit sur ses derrières.

VAULE-CY ! Quand un veneur s’aperçoit qu’un chien a connaissance des fuites de son cerf, il l’appuie en ces termes : ‘Vaule-cy ! Fuyant ! Fortuneau ! Ah ! Vaule-cy ! Après ! ».

VAUTRAIT. Équipage destiné à chasser le sanglier. Un vautrait doit comprendre un assez d nombre de chiens, l’adversaire, lorsqu’il est aux abois, faisant souvent beaucoup de victimes.

VAU-VENT. Aller à vau-vent, c’est aller avec vent arrière.

VA-Y-LÀ. Quand les veneurs donnent la voie du sanglier ou du loup qu’ils ont eue à vue, ils appuient les chiens en ces termes : ‘Oh ! Va-y-là ! Mes beaux ! Va-y-là » .

VEL CI ALLER ! Terme employé par le valet de limier pour faire suivre à son chien les voies d’un animal qu’il a rencontré.

VEL CI REVARI ! Vol ce l’est : Hourvari ! (doublement des voies)

VEL CI VA VAU ! Quand on suit un animal à trait de limier et que l’on en revoit, on dit au chien : ‘Vel ci va vau ! ».

VELOURS. C’ est 1a peau grise et veloutée qui entouré les bois des cervidés pendant le refait.

VENAISON. Terme réservé à la chair du grand gibier au moment où il est en graisse. C’est en été que le cerf est en pleine venaison.

VÉNERIE. C’est l’art de la chasse à courre, art français par excellence.

La Vénerie Royale comprenait des équipages pour chaque espèce d’animaux courables : cerf, daim, chevreuil, sanglier, loup, lièvre.

La Grande Vénerie a été supprimée en 1830 et ses attributions ont été transférées à l’administration des Eaux et Forêts.

VENEUR. Chasseur à courre. Nos maîtres d’équipages et veneurs modernes s’efforcent de conserver précieusement la science,le langage, toutes les traditions de la vènerie française .

VENT. Chasser au vent, aller dans le vent, à bon vent, c’est chasser contre le vent.

Chasser à vau-vent : c’est chasser vent arrière.

Le vent s’emploie dans le sens de sentiment : un chien a le vent; apprendre à un chien à quêter, c’est lui apprendre à prendre le vent; un animal qui prend le vent est celui qui flaire de tous côtés.

Ou dit aussi le vent dans le sens d’odeur : un animal qui a plus grand vent qu’un autre est un animal qui laisse plus d’odeur.

VENTRE. Le -cerf, le chevreuil au bout d’une ruse, se jettent sur le ventre.

VERMILLER. Se dit d’un sanglier qui fouille la terre avec son boutoir

VERMILLIS. Ou travail : ce sont les endroits où le sanglier a vermillé.

VIANDER. Pâturer. Ce terme est réservé pour les bêtes fauves.

VIANDIS. Pâture des bêtes fauves.

VIDER. Les chiens se vident et non font leurs ordures. Une enceinte vide est une enceinte dans laquelle il n’y a pas de gibier.

On dit d’un animal qui a quitté l’enceinte où il était rembuché qu’il a vidé l’enceinte.

Le poids du grand gibier s’évalue en général après avoir retiré les entrailles c’est-à-dire une fois vidé.

VLA-AU, VLA-O, VLO-O ! Lorsqu’on voit le sanglier par corps, on crie vlo-o, vlo-o !

VLA RETOURNÉ ! Les chiens ayant empaumé la voie que l’animal a faite après avoir longé une route, les veneurs appuient en ces termes : ‘Vla ! Retourné ! Mes beaux ! Retourné aux coutes ! ».

VOIE. Tout ce qui désigne le passage d’un animal de chasse : empreintes laissées par le pied, odeur. Etc...

On dit :

Voies chaudes : cerf, daim, sanglier.

Voies froides : voie du loup, du chevreuil, du lièvre.

Voies puantes : renard.

Voit saignante : voie fraîche.

Voie de temps ou de bon temps : celle de l’animal qui a passé depuis une heure ou deux.

Voie doublée : toute voie d’un animal qui a fait aller et retour.

Voit légère, vaine : toute voie sur laquelle il a gelé ou dégelé.

Voit lavée : voie de l’animal qui a battu l’eau.

Voie noyée : voie de l’animal qui prend l’eau.

Voie réchauffée : toute voie de la nuit sur laquelle te soleil a lui.

Voie refroidie : après un défaut qui a duré plus d’une heure.

A bout de voie : c’est être en défaut.

Collé à la voie : le chien qui rapproche et qui a le nez sur la voie.

Dresser la voie : il n’est que les chiens créancés pour dresser la voie, c’est-à-dire la rendre droite et facile à défiler pour les chiens qui suivent.

Les chiens emportent la voie quand ils sont sur la voie grand train et sans aucun embarras.

On dit : telle meute est dans la voie du loup, du cerf, du sanglier.

Un limier ou des chiens goûtent la voie lorsqu’ils s’arrêtent le nez sur la voie.

Par mauvais temps les chiens ont de la peine à maintenir la voie. Le valet de limier pousse la voie quand il suit la voie de l’animal pour le lancer.

Les chiens rabattent les voies quand ils reviennent sur les voies. Après avoir tenu sous le fouet quelque temps les chiens arrêtés, soit pour les rameuter, soit pour laisser reprendre de l’avance à l’animal sur ses fins, les veneurs redonnent la voie aux chiens.

VOL CE L’EST. Désigne 1’empreinte laissée par le pied des animaux sur le sol. Cri de veneur qui revoit de l’animal de chasse. Le cri, réservé pour le sanglier est vol ci aller .

VOULOIR. On dit : ce chien ne veut pas de sanglier, de loup, c’est-à-dire qu’il n’a pas de goût pour la chasse de ces animaux.

VOY-LE-CY AVANT ou VOY-LES-CY AVANT ! Lorsqu’un valet de limier pousse la voie d’un cerf, décidé qu’il est à le lancer, il actionne son chien en ces termes : ‘Voy-le-cy avant ! ».

VOY’LE-CY HOURVARY ! Lorsque le valet de limier juge que l’animal est allé et venu sur soi, il parle ainsi à son chien pour l’avertir de la ruse : ‘Voy-le-cy ! Hourvary ! L’ami ! Garde à toi .

VRILLE. Queue du sanglier.

VUE. Un chien chasse à vue lorsqu’il voit l’animal lancé. La vue est la fanfare que 1’on sonne lorsqu’on voit l’animal de chasse par corps.